16 janvier 2010

Illusions (?)

Bon, mon dernier message était assez déprimé. L'actu en Haïti et en France n'aide pas. Mais il y a toujours des gens qui vivent. Des survivants du séisme. Des gens qui s'aiment. Des gens qui naissent. Des gens qui rient. Des enfants qui courent pour entrainer leurs mères chez le marchand de bonbons. Des nuages qui voyagent. La Terre qui tourne. La mort est partout mais elle n'est en même temps nulle part. Si j'étais défaitiste, je dirais que de toute façon, même dans chaque baiser, dans chaque poignée de main, dans chaque enfant qui naît, dans chaque main tendue il y a la mort (mais je ne suis pas défaitiste, pas pour ça en tout cas, alors je persiste à croire que la vie existe encore. Heureusement. La vie est diablement présente. C'est pour ça que j'écris, c'est pour ça que je joue de la musique, c'est pour ça que je trouve la force de rire, c'est pour ça que j'existe). En ce moment, et depuis quelques mois, j'écris un peu la mort dans mes poèmes, parce que la mort est à la télé, et que ça me touche encore plus qu'avant, parce que No et moi est un superbe livre qui décrit à la fois la misère et l'espoir, parce que je ne crois plus en Dieu, parce que plusieurs personnes que je connaissais, de près ou de loin, ou que je ne connaissais pas mais dont la fin m'a touchée, sont parties, eh bien, là où elles sont maintenant.
Parce que moi je suis en vie et que des gens meurent et que pourquoi, bordel. Parce ce que ça sert à quoi de naître si c'est pour mourir 90 ans après.
C'est quoi, la mort ? La mort. Quelle importance. Tant qu'il existe le contraire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire