10 février 2010

Big Hortefeux vous regarde

Longtemps que je n'avais pas parlé d'actu politique, tiens...
Pour changer des suppressions de postes du côté de l'EN et de la santé, du chômage, des SDF qui crèvent de froid et de d'habitude, notre très cher ministre de l'Intérieur a fait encore des sorties sur la délinquance. On tient décidément à nous faire croire que nous vivons dans un monde complètement insécure et mortellement dangereux (ce qui est vrai par bien des côtés, et qu'on ne règlera pas en remplissant des cars entiers de délinquants potentiels pour des centres de rééducation). Je suppose que ça donne au gouvernement des occasions de faire des discours pour nous rassurer et montrer qu'on a toujours Papa Sarko qui veille sur nous (en chassant le gibier dans sa forêt, si, si !). C'est fou, quand même, il infantilise son gosse de 23 ans qui a déjà une carrière facile et toute tracée, mais en plus, il ose nous infantiliser nous, citoyens pleins de bon sens et de libre-arbitre (hum, hum). Z'avez vu, hein, ça donne des arguments, de faire la Révolution française en histoire...

mi Enfin, toujours est-il qu'Hortefeux s'est mis en tête de renforcer les peines envers les mineurs (principaux agresseurs de mémés sans défense), pensant sans doute que les électeurs de l'UMP aux régionales se sentiraient plus rassurés (et peut-être même que ça a marché). GÉ-NIAL. Alors maintenant, après Edwige, les deux programmes de fichage et Hadopi, ouvrons le dossier délinquance précoce. On monte progressivement vers le flicage continu des ados "racailles". Racailles, c'est-à-dire qui parlent verlan, qui mettent leur casquette à l'envers et qui sont musulmans/noirs/asiatiques, et aussi turques parce que faites gaffe, ceux-là risquent en plus de nous envahir pour rentrer dans l'Union Européenne. Qui vivent en banlieue, aussi. Non mais j'y crois pas ! La fille de 14 ans qui a été arrêtée parce qu'elle s'était battue, vous vous rendez compte ? Imaginez le nombre de gosses qu'ils arrêteraient dans une cour de collège ! Ah oui, mais c'est vrai, j'oublie qu'il y a les « équipes mobiles » pour aborder les élèves sur le plan de la psychologie, avec tact et douceur. Enfin bon, je ne m'éterniserai pas là-dessus, c'est totalement aberrant, ça veut dire qu'on va bientôt vivre dans 1984 et que j'en ai PLUS QUE MARRE de Sarko & Cie. Je n'en peux plus. Alors vivement 2012, qu'on soit fixés. S'il est réélu, je m'en fous, je quitte la France et je vais à Londres, ou à Berlin (pour cause rock (y'a des groupes sympas) et d'Harry Potter). Toute seule. Même si Brown et Merkel ne sont pas beaucoup mieux. Ce sera toujours plus potable que Sarkozy.

2 commentaires:

  1. “S'il est réélu, je m'en fous, je quitte la France et je vais à Londres, ou à Berlin...”

    Ah, quand même, ce n'est pas à l'Istanbul, Casablanca ou Alger, pour exprimer davantage son sens de justice. :) Par ailleurs, on pourrait y trouver encore plus de choses intéressantes et nouvelles, dans ces endroits... Heureusement, on préserve toujours sa raison blanche européenne, même en état d'indignation extrême. :) C'est ça qui est bien chez les grands maîtres Français: malgré toutes leurs “grandes émotions” de surface, ils savent bien maintenir leurs intérêts plus solides et ne pas vraiment “perdre la tête”. Et c'est ça qui fait éventuellement la différence entre Paris-Londres-Berlin-... et Istanbul-Casablanca-Alger-...

    Sinon, l'origine de tous ces problèmes est bien sûr beaucoup plus profonde qu'un parti politique ou autre au pouvoir. Tout ça est bien là depuis longtemps, les immigrés “négligés” dans leur mauvaise condition, l'injustice sociale, la politique subjective et pas très avancée... Mais il n'y avait pas de cette dégradation moderne “globale”, sur tous les niveaux et pour tout le monde. La différence et la vraie origine de problèmes actuels est que société moderne “développée” s'est saturée et a perdu la source de développement “naturel”, spontané, et alors dans cet état-là elle commence inévitablement de se décomposer et souffrir/basculer chaotiquement davantage. Changement de gouverneurs ou “réformes” de détails ne peuvent pas être vraiment utiles en principe: il faut chercher et retrouver le progrès, ce qui exigera forcement des changements plus importants. Et c'est ça qui fait le vrai problème, car même derrière des discours “mécontents” et “révolutionnaires”, les maîtres gâtés dans leur confort habituel quasi-garanti ne sont pas prêts pour un grand changement réel, même dans la bonne direction.

    Y a-t-il beaucoup de ceux, même parmi les jeunes gens, qui seraient prêts d'accepter concrètement des modifications essentielles dans leur vie de base (études/métier, objectifs/préférences, créativité élevée mais forcement avec beaucoup plus d'incertitude, etc.)? Ça veut dire, par exemple, négliger ses loisirs-plaisirs habituels en faveur d'un travail créatif avec des efforts considérables (et résultat incertain a priori) ou encore laisser sa place professionnelle “blanche” maintenant plutôt assurée en grande partie par ses origines “de souche” (moyens et relations de famille) à un(e) immigré(e) sans ces “avantages” subjectifs mais qui gagne objectivement la compétition honnête... Ready to go that way? Si tu dis oui, alors tu es rare et vas peut-être encore changer d'avis, car la plupart absolue des Français/Européens modernes, pratiquement tous (y compris les immigrés récents - voir le gouvernement de Sarkozy!!!) font le choix opposé et utilisent tous les moyens possibles et impossibles, justes ou pas, pour gagner le plus pour sa personne indépendamment de ses résultats, la “compétition honnête” étant complètement oubliée (sans parler de choses ouvertement ridicules comme “intérêts du pays”). Et c'est précisément ça qui arrête le progrès et donne finalement naissance à tous ces “phénomènes négatifs” sans bonne solution en vue.

    Alors, est-ce que tout ça dépend de gouverneurs politiques quelconques? Leur métier - et leur contrat de travail - c'est de faire seulement le bilan du niveau de préférences moyennes (ou si même ”les meilleurs“ mais tout de même massivement soutenues). Ou est-ce que tu rêve d'un “grand leader” politique qui lui sera capable de changer cette triste tendance? Je rêve des petits leaders, petites Magic par-ci, par-là... :)

    Ne te fatigue pas trop en exercices: la compétition honnête n'existe pas de toute façon... :) Par contre, il faut bien choisir la direction de l'escapade vers une vie meilleure...

    RépondreSupprimer
  2. Hum, si j'ai pensé à Londres et Berlin, c'est parce que Londres est la capitale du pays d'Iron Maiden et d'Harry Potter, et Berlin une autre grande ville avec de l'histoire côté rock. Mais oui, Istanbul... Casablanca... Alger... J'adorerais aller dans ces villes, mais voilà, j'ai pris Londres et Berlin parce qu'aussi, ce sont les seules capitales dont je sais baragouiner la langue...

    Et je réponds oui quant aux modifications essentielles dans ma vie de base : d'abord parce que je suis 2 ou 3 heures par jour sur mon violon, (travail créatif), et quant à laisser ma place à une immigrée plus talentueuse et méritante que moi... ben évidemment. C'est la méritocratie héritée de la nuit du 4 août 1789 qu'on aimerait préserver aujourd'hui, qui, pourtant, et surtout dans le monde de la musique (les grands conservatoires, etc), s'effiloche de plus en plus. On est très souvent pistonnés pour passer des concours, et beaucoup sont admis d'avance (copains du dirlo, ou d'un membre du jury, etc). Eh oui...

    RépondreSupprimer