17 mars 2011

Coups de gueule au passage

Après l'armée de terre (devenezvousmeme.com et autres hypocrisies monumentales), l'armée de l'air investit les panneaux publicitaires du métro. C'est pire que les anorexiques de chez Danone. Et toujours la même chose. Ils n'ont plus assez de pauvres types en kaki parce qu'ils sont allés se faire massacrer en Afghanistan, donc ils se rabattent sur des gens de 20 ans pour qu'il y ait un peu plus de morts dans l'armée et encore plus parmi les civils afghans. C'est ça la France d'aujourd'hui, chers amis.
Quoi d'autre... euh, le bouclier fiscal existe toujours à 50 % alors que ce sont justement les gens les plus riches qui devraient payer plus d'impôts. Je n'arrive pas à croire que ça puisse exister, un dispositif pareil.

Ah, et puis, en SVT, on a attaqué THE chapitre, la reproduction humaine. C'est même pas les ricanements dans la classe, dans mon collège, ça n'existe quasiment pas. Mais là, on commence par « devenir un homme, devenir une femme », c'est le titre du livre. Voilà ce qui m'énerve, c'est le manuel. On y parle de nous comme des animaux (Chez le garçon, chez la fille, comme on dit chez la poule, chez les martiens), et ça me dérange aussi pour les animaux, d'ailleurs. Comme si on était des spécimens rares, les adopubers, — individus chez qui nous pouvons observer des tares génétiques fréquentes comme les règles, les poils et une voix façon Motörhead pour les plus sauvages d'entre eux. Les adopubers femelles se nourrissent presque exclusivement de makiyaj, de sacamin et de chopinngue, écoutent de la pop, tandis que les mâles ingurgitent 3 à 5 tonnes de jeuvidéo, d'activitéfisik et de transspyrassion par jour, et apprécient le hard rock ou le rock. Nous ne pouvons pas bien encore, à ce jour, différencier les deux genres musicaux, puisqu'ils ne font pas partie de nos habitudes culturelles.
Merci messieurs les scientifiques. On vous rappellera pour le chapitre « je comprends bien les ados mal dans leur peau qui se scarifient et deviennent anorexiques ». Parce que, non seulement le manuel nous explique en long, en large et en travers des transformations qu'on est censés avoir remarqué depuis un bout de temps, mais en plus, prétend nous conseiller des sites Internet pour nous aider à passer le cap insurmontable de l'adolescence. On vous a pas sonnés. Non mais je rêve ! Ils viennent se la raconter dans NOTRE univers, ces adultes débiles et maniaques, comme si on était pas capables de faire face seuls à notre adolescence. Ils ne comprennent pas que si certains se scarifient, c'est parce qu'ils se demandent ce que ça fait d'être entre la vie et la mort, ils ne comprennent pas qu'on boit pour les oublier, qu'on fume parce qu'on est libre de détruire notre santé si ça nous chante, qu'on a envie d'être avec nos copains parce qu'ils nous soûlent et qu'ils feraient mieux de se remettre en question au lieu de toujours nous accuser de faire notre « crise » comme si c'était un crime de guerre, qu'on gueule parce que la vie nous fait chier et que parfois on aimerait bien aller voir ailleurs, se barrer de cette terre, avec du metalcore dans les oreilles.

Merci de votre compréhension.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire