27 juillet 2011

Le poème de la terre (Mahmoud Darwich)

En mars, l’année de l’intifada, la terre
Nous a divulgué ses secrets sanglants. En mars, cinq fillettes sont passées devant les lilas et les fusils.
Debout à la porte d’une école primaire, elles se sont enflammées de roses et de thym de pays. Elles ont inauguré le chant du sable. Sont entrées dans l’étreinte définitive . Mars vient à la terre des entrailles de la terre, il vient, et de la danse des jeunes filles. Les lilas se sont légèrement courbés pour que passent les voix des fillettes. Les oiseaux ont tendu leur bec en direction de l’hymne et de mon cœur.
Je suis la terre
Et la terre c’est toi
Khadija ! ne referme pas la porte.
Ne pénètre pas dans l’oubli.
En mars, cinq fillettes sont passées devant les lilas et les fusils.
Elles sont tombées à la porte d’une école primaire. Sur les doigts, la craie prend les couleurs des oiseaux . En mars la terre nous a divulgué ses secrets.Je suis le témoin du massacre,
Le martyr de la cartographie,
L’enfant des mots simples.
J’ai vu les gravats, ailes,
Et vu la rosée, armes.
Lorsqu’ils ont refermé sur moi la porte de mon cœur,
En moi dressé les barrages,
Instauré le couvre feu,
Mon cœur est devenu une ruelle,
Mes côtes, des pierres.
Et l’œillet est apparu,
Apparu l’œillet.

24 juillet 2011

Drapeau, défilé, emmerdements annuels

Oui, je sais, je vous fais le même topo chaque 14 juillet. Ceci dit, vous aurez noté mes efforts en faveur de l'originalité : je fais mon billet sur le 14 juillet le 24 du même mois. Non, ok, c'est juste que je n'avais rien d'autre comme ordi pendant dix jours qu'un iPhone, l'écran et le clavier minuscules, ainsi qu'une connexion wifi trop capricieuse, et que j'avais la flemme d'écrire un article entier sur un machin pareil (déjà que les 140 caractères de Twitter sont difficiles à taper...).

Mais cette année, ce qui m'a surtout énervée, c'est la réaction de plein de gens devant la proposition d'Eva Joly de remplacer le défilé militaire par un défilé "citoyen". N'ergotons pas sur l'esprit positivo-citoyenniste qu'aurait la manif substitutive. Vous ne trouverez aucun anarchiste dans le cortège. Retenons surtout l'idée principale : la suppression de la parade des petits soldats de plomb devant l'arc de Triomphe.

Pour vous et bien parce que c'est vous mes chers lecteurs, j'ai regardé un extrait du défilé 2010. Sur la chaîne Dailymotion du ministère de la Défense. Je ne sais pas si vous vous rendez compte. Je dois cependant avouer que je n'ai pas pu tenir plus de deux minutes ; en regardant rapidement la suite, j'ai vu que c'était pareil tout le temps : les mecs qui avancent d'un côté et ceux qui les attendent en se demandant quand-est-ce-que-c'est-fini-ce-putain-de-défilé-que-je-puisse-griller-une-clope de l'autre.
Ce truc est d'un ridicule achevé. C'est d'un archaïsme total, on dirait les défilés de pendant les deux guerres, avec Pétain.
Mais si, diront les vieux-dans-leur-tête. Les rabougris. Les fachos. Les maniaques de l'ordre. Les loyaux de la France des pelures. Les nostalgiques d'un pays tout jauni et craquelé comme une vieille photo de mariage. Regardez ! C'est beau, ces uniformes, cette unité, cet ensemble, cette dépersonnalisation, ce symbole de l'aliénation, cette marche, ce rythme implacable des bottes d'une armée qui avance au pas, que de bons souvenirs mes enfants. Ces gens, nommés plus haut, voient ainsi la société idéale.
La société idéale serait sans désordre, sans bavure, sans rien qui dépasse, heureuse comme un costume d'enterrement, joyeuse comme un enfant de cathos intégristes, pure. Et donc stérile...

Le défilé du 14 juillet est une grosse merde. Je l'écris gros et gras avant que les lois sur l'Internet ne me le permettent plus : Rabougris, la France dont vous rêvez est morte et c'est tant mieux. Assez d'hymnes et de drapeaux colorés, assez d’artifices et de frontières.
Je déteste devoir faire des phrases sentimentalistes comme ça mais putain, votre Dieu lui-même est censé avoir dit que nous sommes tous frères et soeurs.
Vous n'en n'avez pas marre, vous, qu'on vous répète ou qu'on sous-entende que la patrie c'est beau, et la famille et le travail aussi ? Que vos enfants sont l'avenir de la France ? Que la France doit être blanche et pure ? Moi si. Et JE NE ME SENS PAS FRANÇAISE.

Alors je refuse de comprendre les bien-pensants qui veulent le garder, le défilé. Patrimoine français ? Génial. Au même titre que la sanguinaire et meurtrière Marseillaise, je suppose.

Pour l'instant je n'ai pas de programme révolutionnaire. Mais déjà, même si on voudrait nous faire croire le contraire en posant des frontières jusque sur Internet. si on était plus à penser que les délimitations sont inutiles pour les pensées et l'amour, ça irait mieux.

2 juillet 2011