11 février 2012

Conneries gouvernementales, collection janvier/février

Je n'ai pas abandonné mon blog en janvier par manque de temps, ni même par flemme. Simplement parce qu'on entendait à peu près une connerie par jour, dont certaines que j'aurais été incapable de commenter sans écrire à côté de la plaque. Et je ne savais pas comment tourner mes phrases, dire les choses bien, tout ça tout ça.
Il y a notamment eu les mensonges débités par Sarkozy sur l'ORTF (pas moins de six chaînes de télé) il y a quelques semaines. Mais ce type est tellement pénible, on finit par tellement le connaître, par savoir par cœur ce qu'il va dire, qu'il est fatiguant rien que quand il dit Mes Chers Compatriotes. A l'image de tous les autres, vous me direz, mais lui, c'est particulièrement insupportable.
Par contre, je ne peux pas rester sans rien dire devant les dernières sorties de Guéant.

Vous connaissez sans doute l'histoire mais je vous fais le résumé, histoire qu'on s'entende bien.
Notre ministre de la Terreur a dit, phrase livrée fraîche par un certain Yves Roucaute qui pense que ce sont ces sales gauchistes qui ont inventé le fascisme, que « toutes les civilisations ne se valent pas ». En continuant : « Comment ne pas reconnaître que la civilisation qui défend la liberté, l'égalité et la fraternité est supérieure à celle qui accepte la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique ? »
Ça fait bien, hein, monsieur Guéant, de se poser en défenseur des libertés, alors que vous avez fait proliférer les caméras de surveillance partout en France, et voulez à tout prix contrôler Internet. Ça fait bien de dire qu'on croit en la fraternité alors que le gouvernement laisse des dizaines de SDF crever dans le froid. Ça fait un peu bizarre de dire qu'on défend l'égalité alors qu'on parle justement d'une soit-disante inégalité des civilisations, mais ça, on s'en fout.

Au gouvernement, en tout cas, ça ne les choque pas. Ça ne les choque pas qu'on reprenne (qu'un ministre reprenne) grosso modo l'une des idées principales de Mein Kampf. Non, ce qui dérange ces messieurs du gouvernement, ce sont plutôt les mots de Serge Letchimy, député apparenté PS des colonies de Martinique, qui ose, quel irresponsable, dire que Guéant nous ramène « à des idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration au bout du long chapelet esclavagiste et coloniale.» Oui, car pour information, « nazisme » et « camps de concentration » ne sont pas des mots que le député a gueulé dans l'hémicycle pour voir quel effet ça ferait, comme le sous-entendent beaucoup d'articles sans citer ses propos.

Wauquiez, le pote des assistés, dit que la gauche c'est rien que des bien-pensants. Ben voyons. Alors comme ça Hitler, lui au moins, "osait dire les choses", hein… Sauf que ce n'est pas une question de bien-pensance. Ce n'est pas une question de minables stratégies politiques, et l'intervention de Letchimy n'était pas une maladresse dans un piège tendu par la droite.
Il s'agit d'histoire terrible, il s'agit de dire que les musulmans seraient inférieurs aux français "de souche", ou de prétendre que les sociétés sans écriture sont inférieures aux sociétés possédant une littérature (dixit Luc Ferry, philosophe de mes deux, qui en a rajouté une couche et qui bien sûr connaît parfaitement l'histoire des amérindiens, des Incas et j'en passe).
On sait très bien d'où vient Guéant, à savoir des groupuscules d'extrême droite dans la veine d'Action Française et autres GUD, mais ce type est ministre. Je sais. Être ministre n'est absolument pas gage d'intelligence. Je suis la première à la dire. Mais moi, ça me fait très bizarre.

La haine est une défaite de l'imagination.
Graham Greene

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire