19 avril 2012

En temps de guerre...

Les soldats américains censés rétablir l'ordre chez les sauvages en Afghanistan se sont encore fait attraper. Un des leurs a contacté le Los Angeles Times et leur a communiqué des photos plutôt monstrueuses de soldats en train de poser à côté de cadavres et de bouts d'insurgés démembrés -- et c'était déjà arrivé en 2010. Après l'histoire des photos où des types pissaient sur des cadavres -- comble de l'horreur, du mépris, de l'inacceptable.
Racisme, sans doute, dans une forme extrême : on pose avec les restes des sauvages qu'on a tués, comme des trophées de guerre, ça pue même le colonialisme. 
Et aussi le fait que ce sont des militaires qui se sont probablement engagés par choix. Ces types-là ont accepté de faire la guerre. Ils n'ont pas été mobilisés en urgence et ce n'est pas le genre à savoir ce que signifie l'objection de conscience. Ils ont accepté de tuer des gens, de massacrer des innocents, d'intégrer un monde où tout est uniformisé, où n'existe que la soumission, où l'on t'interdit de penser, où tu ne fais qu'exécuter (les ordres comme les gens). Il faut déjà être pas mal timbré. "Ceux qui aiment marcher en rang sur une musique, disait Einstein, ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement." 
Ils vont être jugés par la justice militaire -- parce qu'il faut bien une justice de l'uniforme, voyez-vous. Qui se chargera de dire que c'est un cas exceptionnel et que tout ira bien dans le meilleur des mondes une fois qu'ils auront payé pour cette connerie. Comme tout ça n'était pas inhérent à la guerre. Quant au soldat qui a balancé au Los Angeles Times, pour « attirer l'attention sur les problèmes de discipline et de commandement », je le plains. S'il ne voit en cela qu'un problème de discipline, je crois qu'on ne peut rien faire pour lui.

Et en attendant, sur France Culture, j'entends que l'Inde est fière d'entrer dans le "club très fermé" (en mode billard) des pays dotés d'un missile balistique intercontinental -- les pays civilisés, quoi. Oooh, bravo, bravo, super, on applaudit.
La vie est belle, dans les pays des droits de l'homme, de la morale et des civilisations supérieures.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire