21 octobre 2010

Et on continue à prendre les jeunes pour des cons

Avec cette foutue réforme, les ados descendent dans la rue. Évidemment. Pas envie de se retrouver au chômage à la sortie du lycée parce que notre place sera monopolisée (bien malgré eux) par des gens de presque 70 ans. Ras-le-bol des manipulations du gouvernement, marre de leurs promesses à deux balles et de leur démagogie envers les jeunes. Sauf qu'en face, beaucoup d'adultes ne nous considèrent pas comme crédibles. Pas plus tard que vendredi, aux infos, il y avait un proviseur qui sortait son baratin, « les élèves n'ont aucune idée de pourquoi ils sont là, ils montent un blocus parce que ça les amuse et que ça fait rebelle, mais la réforme ne les concerne pas et ce sont ces jeunes qui vont être en difficulté », ou quelque chose du genre. J'ai rarement entendu un truc aussi stupide et méprisant au sujet des jeunes, gouvernement mis à part. Ça en dit long sur l'idée que peuvent se faire les directeurs d'établissement sur leurs élèves : nous sommes des cons sans esprit critique. Ils n'ont pour preuve qu'une vidéo, largement diffusée par la droite, qui montre un mec dans une manif en train de dire ce qu'il pense de la réforme, alors qu'il semble n'avoir aucune opinion précise. C'est plutôt drôle en soi, mais ça ne reflète pas le véritable état d'esprit des jeunes porteurs de banderoles (pertinentes, celles-là !).
Ils pensent donc que les lycéens sont manipulés par la gauche, comme si on avait besoin de Ségo pour se dire qu'on en a marre. Les jeunes n'ont pas d'opinion personnelle, ce sont des petits moutons faussement révoltés, et gna gna gna...

Dans un autre domaine, vous avez sans doute entendu parler de l'expo Larry Clark au Musée d'Art Moderne de Paris, jugée pornographique (si, si). Et hop, interdit au moins de 18 ans. 18 ans, la majorité, comme si le simple fait d'avoir 18 ans nous rendait capable d'avoir une conscience politique, de pouvoir supporter des images violentes, de savoir conduire... Comme si avoir 18 ans nous rendait responsables du jour au lendemain. Beaucoup le sont bien avant. D'autres ne le deviennent qu'à 30 ans. De l'art d'être arbitraire... Pour revenir à cette expo, son vrai problème, pour nos maîtres bien-pensants, c'est qu'elle montre des ados comme les adultes refusent de les voir (sic le directeur du musée). Et voilà, merci monsieur Hergott. C'est aussi simple que ça. Les ados sont trop naïfs, encore trop enfants pour savoir ce que signifie réellement faire l'amour, encore trop gamins pour qu'on leur dise ce qu'il y a après la maison douillette, les contes de fées et les petits plats préparés par maman. Outre le fait que cette expo ait été censurée, ce que je trouve scandaleux et inutile puisqu'en principe, il est du devoir des parents de laisser leur enfant aller voir ou pas tel ou tel truc, ce qui me gêne, c'est ce côté infantilisant, ce rôle d'imbéciles qu'on nous prête, alors que si on les responsabilisait plus, les jeunes feraient sans doute moins de conneries.
Au risque que vous trouviez mon raisonnement totalement absurde, je pense que la plupart des adultes ont « peur » des jeunes et que c'est pour cette seule et unique raison qu'ils nous ferment l'accès à leur monde. Sous couvert de vouloir nous protéger nous (mais de quoi ?), ils veulent se protéger eux-mêmes, de nos idées, de ce qu'on sait, de ce qui les dépasse. Ça vaut pour les politiques mais aussi pour beaucoup de parents.

A part ça, revenons au point positif des manifestations : ça fout le bordel. Le gouvernement se retrouve dans le caca, surtout avec la pénurie de carburant. Vous me direz, c'est facile d'approuver ça quand ça ne vous concerne pas (je ne suis pas chauffeur de taxi)... mais ça fait sortir un peu la France de sa routine. Par contre, les casseurs sont rigolos, mais favorisent la tendance du gouvernement à prendre les jeunes pour des crétins.

Là où ça devient très drôle, c'est quand Fillon les accuse d'atteinte à la démocratie, quand d'autres ne portent pas ce reproche sur les manifs elles-mêmes. Depuis quand est-ce que faire passer une réforme en force est un acte démocratique ? La démocratie, c'est le pouvoir du peuple. Or, le peuple, là dedans, n'a pas eu son mot à dire (disons plutôt que le mot en question n'a absolument pas été pris en compte sur les points majeurs de la réforme). En plus, les « casseurs » (je parle pas des Black Blocs, c'est encore autre chose) ne font que profiter de l'ambiance générale pour ajouter leur grain de sel, pas de la meilleure façon qui soit. Ils n'ont souvent pas d'opinion à défendre... Donc, rien à voir avec un déni de démocratie.

En attendant, pour le Grand Soir, je le crains, on sera tous dans nos lits.

12 octobre 2010

L'espoir fait vivre

Heureuse que la mobilisations ait été spectaculaire (3,5 millions de manifestants selon les syndicats, 1,23 pour le gouvernement) aujourd'hui pour empêcher cette réforme de merde sur les retraites (désolée, je suis en train de transformer mon blog en site d'informations...). Au son de "Sarkozy, dans la Seine !" et avec des affiches comme "Eh, Liliane, tu me la paies, ma retraite ?", c'était encore une fois très sympathique ; même le soleil était avec les randonneurs des quais...

10 octobre 2010

Waka : le ridicule skyblog de nos suprêmes gouvernants

Vous avez peut-être entendu parler de cette grandiose et riche initiative de la part des « Pouvoirs publics », née en mai de cette année : parler aux jeunes sur la plateforme de blogs Skyrock, — ce truc où la plupart du contenu ressemble à : kikoo lo c tro génial mon blog laché dé com.
On pourrait se dire qu'enfin, on nous appelle à participer vraiment à des sujets d'actualité, à donner notre avis ; enfin, on prend les adolescents au sérieux (quoique, le choix de l'hébergeur en dit déjà long). Mais pas du tout. Pas de trace des sujets importants du moment (réforme des retraites, expulsions de Rroms, Hadopi ou paranoïa autour du terrorisme, et j'en passe). Non. Ça, ce sont des trucs d'adultes. Laisse faire les grands, mon pote. Sur Waka, seulement des pages et des pages de propagande et d'âneries pour nous faire gober la répugnante politique actuelle, de faux débats, rédigés comme si notre État bien-aimé s'adressait à des débiles mentaux. Ce serait très drôle si 2 millions d'euros n'avaient pas été dépensés pour cette monumentale connerie...

D'abord, quand j'arrive sur le site, le truc qui m'énerve, c'est qu'on me tutoie. Je trouve normal qu'on tutoie un enfant si on sait à peu près son âge, et si on le connaît même virtuellement depuis un peu plus longtemps qu'une demi-minute. Or, à ce que je sache, ces messieurs-dames ne savent pas la moyenne d'âge de ceux qui se rendent sur le site. Ça peut aussi bien être des gens de 12 ans que des étudiants, des adultes, si jeunes soient-ils. Mais attendez, le gouvernement vous explique tout ! Dans la rubrique des questions posées fréquemment, on peut trouver :
Pourquoi on dit "tu" sur Waka ? Et voilà la réponse constructive : L'objectif de Waka est de présenter de façon claire l'ensemble des mesures publiques qui peuvent t'aider à construire ton parcours. Sur Waka, on s'exprime donc comme sur toutes les autres pages de skyrock.com : avec le "tu".Un, ça leur aurait fait mal de dire « avec le tutoiement.» Deux, j'avoue que le "donc" me dépasse. Aucune logique entre ces deux phrases. Ou alors, si j'ai bien compris, tout ça, c'est un peu compliqué pour nous, donc le fait d'utiliser le tutoiement nous rend la compréhension plus simple. Autant signaler directement qu'on va nous prendre pour des cons. En plus, au bout d'une demi-minute, je m'aperçois que le ton est à peu près partout le même, du genre : T’as été victime de racket ? Comment t’as réagi ? Lâche ton témoignage ! (sic).De manière plus générale, ils utilisent un langage qu'ils pensent être le nôtre, mais (mal)heureusement que le ridicule ne tue pas. Admirez les formulations et l'art du bonimenteur dans toute leur magnificence :
​Waka, ça veut dire quoi ? Ça veut dire canoë en maori. C’est ton canoë pour t’aider à naviguer dans la vie et à faire les bons choix en connaissant toutes les mesures ou dispositifs qui sont à ta disposition pour t’aider à réussir ton parcours.
Est-ce que je peux raconter on expérience perso ? Que ça concerne les stages, le taf, les études ou le reste, on t’encourage à le faire ! En t’exprimant, t’aides les autres à trouver leur voie : ce sera super enrichissant pour eux de lire ce qui t’est arrivé, ce que t’as retiré d’une expérience pro ou d’une formation, par exemple.

Ça sert à quoi de donner mon avis ? Ça peut faire bouger les choses ! Les Pouvoirs publics seront attentifs à ce que tu dis sur les sujets alors n’hésite pas à leur souffler ta bonne idée !
Comment est-ce que je peux faire pour prévenir mes mais des mesures ? Une mesure te concerne toi et tes potes, n'hésite pas à la faire tourner. Clique sur le bouton "ENVOYER A UN AMI" pour leur envoyer la mesure ! Utilise cette fonction sans modération : tu peux vraiment aider tes proches !
Sans commentaire (ah si : Vous ne trouvez pas que « tu peux vraiment aider tes proches » ça fait slogan pour maison de retraite ?).

Ensuite, la propagande continue sur les mesures :
La réforme du lycée, c'est :
  • plus de souplesse dans l'orientation : tu pourras changer de parcours, passer d’une série à une autre via des stages-passerelles, choisir ta spécialisation en terminale (au lieu de la 1ère) pour être plus proche de tes vœux pour le supérieur ;
  • un rééquilibrage des filières au profit des séries STI et Littéraires : pour la série STI, il s’agit de créer un véritable parcours technologique en formant des ingénieurs et techniciens supérieurs. Pour la série Littéraire, les langues étrangères seront renforcées pour en faire une série internationale, de nouvelles disciplines seront ajoutées pour assurer une culture générale tout comme des enseignements culturels et artistiques de haut niveau ;
  • l'accompagnement particulier de chaque élève en seconde, 2h par semaine, en petit groupe, sous la responsabilité d'un enseignant. Ce soutien scolaire aux élèves en difficulté permettra d’approfondir les connaissances, de donner des conseils de méthodologie ou d’aider à l’orientation ;
  • plus d’enseignement de langues étrangères (consulte aussi la mesure "Stages d'anglais gratuits pour les élèves de 2nde");
  • plus de culture à l'école (un vidéo-club par lycée, un référent culture par lycée) ;
  • plus de responsabilisation des lycéens (reconnaissance des engagements associatifs).
Reste connecté sur Waka pour suivre la réforme du lycée en continu !

T'as entendu parler la réforme du lycée ?
T'as un avis ?
Tu penses que ça va dans le bon sens ? Raconte !
Analyse rapide : Les trois points sont de la pure démagogie, et à côté de la réalité : en L, l'art est en fait réduit à néant, en S, il y a moins de philo et d'histoire-géo mais évidemment, ça n'a pas été mentionné, en STI, je présume que les matières étrangères à la discipline étudiée vont être exclues ou considérablement réduites. Je me demande bien ce que signifie le terme de "référent en culture". Qui est cet être démoniaque ? Un mec qu'on va devoir aller voir de nous mêmes, et qui va nous conseiller le dernier Amélie Nothomb, alors qu'on n'a pas que ça à faire ? Et surtout, je parie ce que vous voulez qu'il va être aussi formé que Sarko pour son boulot. A l'instar, d'ailleurs, des profs qui sont face à des classes alors que stagiaires. Je le sais, j'en ai eu deux comme ça l'année dernière, dont une qui avait beaucoup d'idées mais pas une once d'autorité, et qui a foutu en l'air une année d'anglais qui aurait pu être intéressante. Dernière chose : La question Tu penses que ça va dans le bon sens ? est encore une incitation à approuver cette politique de l'apprentissage limité.

Un truc tuant aussi : Les noms des rubriques. Par Activités, comprenez "arts et loisirs". Sous-entendu, l'art ne sert à rien. Mais ça on le savait déjà. Par Argent, comprenez "économie". Mais économie est un trop grand mot, trop compliqué pour les jeunes. Pour Planète, traduisez "écologie". Mais ça fait trop intello, écologie. Quant à Projet pro, ça fait tout de suite moins professionnel.
Je suis sûre qu'on aurait plein de bonnes idées à souffler à l'État, justement, mais ce ne sont pas les commentaires qui sont déposés par des gens un minimum avertis et lucides sur Waka qui vont faire changer les choses.

Voilà une bonne chronique à ce sujet. Une autre sur Écrans, et, ô merveille de merveilles, la liste des commentaires censurés sur Waka. Il y en a qui remontent le moral !


La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures.
Noam Chomsky

1 octobre 2010

Blind Night

Il faut que je vous dise un truc... Mardi dernier, je suis allée voir Blind Guardian à l'Elysée Montmartre. Mon premier concert de metal...

Le groupe qui assurait la première partie, Steelwing, était correct, dans le genre heavy metal old-school. J'ai bien aimé la voix du chanteur, le look des musiciens aussi, très 80s (pantalon-en-cuir-moulant-super-vintage, style clouté, etc).
Moins bien, leur attitude "je-fais-mon-petit-show-pour-en-mettre-plein-la-vue" et leurs riffs répétitifs ; en plus, on ne pouvait pas compenser avec les solos parce que le son était assez pourri. Il y avait aussi le chanteur qui tentait un fac-similé de Bruce Dickinson, vêtements, voix, attitude, et ses cheveux dont il semblait être très fier. C'était marrant, il essayait d'arpenter la scène, de bouger un peu, mais c'était beaucoup trop petit... D'ailleurs leur style sentait bien le Maiden. On ne le leur reprochera pas — qui ne s'inspire pas de la Vierge de Fer ? — mais du coup, ça faisait carrément tribute...

Après une demi-heure d'attente, enfin, Blind Guardian, avec comme premier morceau Sacred Worlds, de leur dernier album (bizarrement, composé pour le jeu vidéo Sacred 2, cf. Metallian n°60). Ils sont parfaits, la voix d'Hansi Kürch — et son éternel polo noir — toujours aussi spectaculaire. C'est ce qui m'impressionne chez ce groupe ; quels que soient les live filmés qu'on peut trouver sur Internet, on dirait toujours une version studio, l'ambiance en plus (sauf quand c'est la vidéo qui est nulle, bien entendu). L'ambiance était là ; j'étais un peu au fond de la salle, donc pas avec le pogo ou les headbangers de devant, mais entendre la quasi-totalité des titres chantée par le public fait un super effet. Le programme rassemblait surtout des classiques, ce qui n'était pas plus mal ; certains que j'étais totalement incapable de chanter, deux ou trois que je ne connaissais même absolument pas, mais bon, je me suis rattrapée sur Welcome To Dying, Valhalla, Traveler In Time, Imaginations From The Other Side, Mirror, Mirror, et évidemment The Bard's Song, seule chanson dont je connaissais un peu plus que le refrain.
Une super expérience. C'est terrible, d'ailleurs, quand je suis sortie, je me suis dit que je pourrais recommencer tous les soirs. Mais vu le prix que ça coûte, et que je connais peu de personnes prêtes à aller dans ce genre de concerts...
Vous vous doutez aussi qu'il m'a été impossible de suivre le cours de physique, d'allemand ou de maths le mercredi matin. J'ai été sur mon petit nuage pendant trois jours, en matière d'euphorisants, c'est mieux que la LSD, moi je vous dis.